Comment bien s’entendre avec sa belle-mère ?

Publié le : 05 avril 20239 mins de lecture

Qui se marie veut une maison… dit l’adage. Mais ce n’est pas toujours possible.

D’innombrables raisons peuvent repousser le rêve du couple d’avoir sa propre maison, et la conséquence en est souvent la cohabitation avec la belle-mère.

Pour que cette relation soit aussi amicale, respectueuse et cordiale que possible, nous vous proposons une série de conseils. Jetez-y un coup d’œil :

C’est sa maison

La première chose à comprendre dans cette nouvelle configuration familiale est que votre belle-mère est propriétaire de la maison. 

Cela signifie que le dernier mot lui reviendra toujours. C’est votre belle-mère, par exemple, qui définira la décoration, la peinture des murs, les services engagés et même si vous pouvez ou non adopter un animal de compagnie. 

Elle aura beau vous mettre à l’aise et vous laisser une certaine liberté de décision, la maison sera toujours la sienne.

La seule chose à faire est d’accepter cette condition et de la respecter. Mais si vous ressentez le besoin d’apporter un changement quelconque à la propriété, que ce soit sur le plan physique ou comportemental, cherchez toujours le dialogue. Evitez les commérages, les conversations parallèles ou indirectes.

Adaptation

Les heures des repas, de la télévision, du sommeil et du réveil seront également contrôlées par elle. Si votre belle-mère, par exemple, a l’habitude de dormir tôt, elle se sentira probablement mal à l’aise si vous et votre partenaire décidez de passer l’après-midi dans le salon à regarder un film. 

Vous commandez un en-cas via l’application au lieu de vous asseoir à table pour le dîner ? Cela pourrait être considéré comme offensant, car c’est elle qui a préparé le repas. 

Vous voulez faire la grasse matinée le dimanche ? Cela pourrait également être une mauvaise idée, surtout si elle a décidé d’inviter quelques personnes.

Routines et tâches ménagères

Il est fort probable que votre belle-mère ait des routines et des tâches réparties tout au long de la semaine. Et vous devrez faire votre part dans le cadre du programme qu’elle a établi, sans tenir compte de ce que vous avez déjà prévu de faire. 

Vous ne serez pas libre de recevoir autant de visiteurs que vous le souhaitez lorsque vous vivrez avec votre belle-mère. Cette soirée de jeux et de boissons, par exemple, ne se reproduira peut-être pas de sitôt. 

Même si votre belle-mère offre cette liberté au couple, vous vous rendrez compte à un moment donné qu’elle n’est pas si disposée et à l’aise avec la situation.

Vie conjugale

Évitez autant que possible d’exposer votre vie conjugale à votre belle-mère. Cela peut être un excellent moyen pour elle de s’immiscer dans vos affaires, y compris financières. 

Chaque fois que vous devez avoir une conversation ou prendre une décision, faites-le en privé. 

Le petit garçon à sa maman

Une chose ne change jamais : un fils ou une fille est toujours gâté(e) et protégé(e) par sa mère, quel que soit son âge. 

Par conséquent, vous devrez probablement parfois faire face à cette surprotection. 

Interférence extérieure

Préparez-vous également à faire face à l’opinion et à l’ingérence d’autres personnes, en particulier des amis et des membres de la famille de votre belle-mère. 

Il y aura toujours quelqu’un pour dire que vous vivez une faveur ou que la maison n’est pas la vôtre, vous exposant ainsi que votre partenaire à une situation très embarrassante, surtout si votre belle-mère ne résiste pas à certains commentaires.

Pour une bonne relation avec votre belle-mère

Ayez votre propre espace

Même si c’est chez elle, vous devez avoir votre propre espace pour vous assurer un minimum d’intimité et de confort. 

La plupart du temps, cet espace est la chambre à coucher du couple. Il est bon que vous et votre partenaire établissiez qu’il s’agit d’un espace intime et que la présence d’autres personnes n’est pas appropriée.

Répartition des tâches

Convenez avec votre belle-mère de ce que chacun d’entre vous peut faire pour contribuer aux tâches ménagères. Vous pouvez, par exemple, vous engager à faire la lessive, tandis qu’elle se charge du repassage. 

Ce que vous ne pouvez pas faire, c’est surcharger l’une des parties. Personne n’est l’employé de personne.

Payer les factures

Dès votre arrivée chez votre belle-mère, mettez-vous d’accord sur une répartition du paiement des factures domestiques. 

Définissez qui paie quoi et quels coûts ne seront pas partagés, y compris pour les autres résidents, comme les frères et sœurs, par exemple. Cela permet d’éviter un gros mal de tête à l’avenir et vous aide également à mieux planifier sur le plan financier.

Lorsque quelque chose vous dérange, vous ou votre belle-mère, appelez-les pour un dialogue mature et sincère.

C’est la meilleure façon de résoudre les conflits. Dites-lui ce que vous ressentez et comment vous aimeriez qu’elle agisse la prochaine fois. La personne n’a peut-être aucune idée de ce que vous avez fait, ou bien elle pensait que vous ne vous en soucieriez pas. 

Les limites sont essentielles

Profitez des moments de dialogue pour fixer vos limites. Expliquez-lui comment vous préférez organiser votre routine et vos activités et demandez-lui de respecter cela. 

Si vous voulez ou devez vous coucher tard, par exemple, il est essentiel que votre belle-mère le comprenne.

Rester concentré

Essayez toujours, toujours de rester concentré sur les projets de vie que vous avez en commun avec votre conjoint, notamment celui d’être propriétaire de votre logement. 

Ayez cet objectif comme source de motivation et chaque fois que quelque chose ne semble pas aller, rappelez-vous : ce n’est que pour un court moment.

Si belle-mère vient habiter chez vous…

Il peut également arriver que la belle-mère emménage avec son fils ou sa fille. Cette situation est devenue encore plus fréquente après la pandémie, car de nombreuses personnes âgées ne peuvent pas se permettre d’être seules et isolées. 

Quelle que soit la raison, il est également important de prêter attention à certaines règles de base de la coexistence, afin que tout devienne plus facile.

Découvrez-les :

Pour combien de temps ?

Il est très important que le couple parle de la permanence de la belle-mère dans la maison. S’agira-t-il d’une courte période ou de quelque chose de permanent ? Ce dialogue est fondamental pour qu’il n’y ait pas de malentendu et que les deux parties puissent s’habituer à la nouvelle routine. Expliquer le fonctionnement de la maison

Lorsque la belle-mère arrive chez vous, expliquez-lui comment tout fonctionne. Les horaires, les routines de travail, votre mode de vie. 

C’est important pour qu’elle n’ait pas l’impression d’être une simple visiteuse, mais de faire partie d’une famille qui vit sous le même toit.

Qu’en est-il des enfants ?

L’un des plus gros problèmes liés à la vie avec une belle-mère est l’éducation des enfants. Il y a presque toujours des interférences et le couple se sent très oppressé par la situation. C’est pourquoi, une fois de plus, le meilleur moyen est un dialogue ouvert. Montrez dès le début comment vous menez l’éducation et la routine des enfants, en plus d’établir une limite dans la relation entre la grand-mère et les petits-enfants.

Intégration

Votre belle-mère fait partie de la famille et ce, plus que jamais. Dans ce cas, elle doit être associée à tout ce qui se passe dans vos vies. 

Ainsi, si vous partez en voyage, elle devrait vous accompagner, ou du moins l’inviter et la laisser décider si elle veut venir ou non. 

Vivre avec sa belle-mère est une expérience qui varie beaucoup d’une famille à l’autre. Indépendamment de la raison qui a conduit à cette situation, une chose est sûre : établir des limites et maintenir le dialogue est la meilleure façon de conserver une relation saine et respectueuse. Et n’oubliez jamais que, malgré tout, c’est la mère de votre conjoint.

Quel message écrire pour la Saint-Valentin ?
6 remèdes maison face à la dysfonction érectile