Comment communiquer dans un couple ?

Publié le : 05 avril 20238 mins de lecture

On entend souvent dire que pour avoir une bonne relation, la communication est la chose la plus importante. C’est vrai, mais en fin de compte, chacun donne sa propre interprétation à cette phrase. Certaines personnes estiment qu’elles parlent déjà suffisamment à leur partenaire, tandis que d’autres pensent qu’elles n’ont rien à dire. La communication va au-delà du fait de parler ou de ne pas parler, ou de la quantité de paroles. Cela a plus à voir avec ce que vous dites et comment vous le dites.

Quelles sont les erreurs les plus courantes dans la communication de couple ?

La plupart des erreurs qui sont généralement commises dans la communication de couple sont liées au fait de ne pas savoir s’exprimer correctement ou au manque de respect envers soi-même ou l’autre personne.

  • Nous imposons nos propres critères en croyant que notre point de vue est meilleur que celui de notre partenaire.
  • Nous nous plaignons fréquemment des défauts de notre partenaire, parfois de manière exagérée.
  • Nous voulons que l’autre personne soit comme nous le voulons.
  • Nous ne nous soucions pas des opinions ou des croyances de notre partenaire.
  • Nous ne donnons pas à l’autre personne la possibilité de s’exprimer.
  • Nous prenons pour acquis ce que l’autre personne va dire et l’interrompons constamment.
  • Nous manipulons l’autre pour obtenir ce que nous voulons.
  • Nous sommes d’accord même si nous ne sommes pas d’accord.

Le résultat de ces comportements peut affaiblir la relation jusqu’au point de rupture dans de nombreux cas.

Comment communiquer correctement avec son partenaire ?

Que nous soyons agressifs, passifs ou manipulateurs dans la communication, il existe un moyen terme appelé assertivité qui est à la portée de tous.

L’affirmation de soi n’est rien d’autre qu’une forme d’expression par laquelle on cherche à se faire respecter et à respecter les autres.

Cela signifie exprimer ses pensées, ses sentiments et sa vision du monde par des mots ou des gestes, de manière calme et appropriée, tout en voulant connaître les sentiments et les pensées de l’autre personne afin de mieux la comprendre.

Comment être plus sûr de soi ?

I. Exprimer son appréciation pour ses qualités

Vous appréciez sûrement certaines qualités ou certains gestes de votre partenaire, quelque chose dans son apparence, son caractère, quelque chose qu’il dit ou fait. Le fait de l’exprimer verbalement ou d’une autre manière est bénéfique pour vous deux, car vous vous sentez mieux.

L’environnement serait grandement amélioré si, au lieu des plaintes et des critiques, il y avait davantage de manifestations d’appréciation.

Par exemple, ce n’est pas la même chose de dire : « J’aimerais vous dire que, même si cela n’en a pas l’air, je suis très impressionné par vos efforts pour m’aider et me soutenir. Je me sens très bien. Merci pour tout » et en disant « Pendant que tu m’aides, fais-le bien ! ».

II. Accepter les démonstrations d’affection et d’attention

Il est également possible que votre partenaire vous exprime son appréciation. Ne doutez pas de sa sincérité, car le fait que vous n’y croyez pas ne signifie pas que l’autre personne ne le pense pas. Acceptez ces marques d’affection naturellement, un simple « merci » suffit.

Par exemple, il pourrait vous dire « Comme vous êtes beau » et vous répondrez « Oui, avec ces cheveux… ». N’oubliez pas de ne pas douter de sa sincérité, dites simplement « merci ».

III. Être capable de dire « Non »

Gardez à l’esprit que la responsabilité de dire « Non » n’appartient qu’à vous, et que dire « Oui » quand vous voulez dire « Non » n’est pas sincère et blesse vos sentiments.

Vous avez le droit de refuser des demandes sans vous sentir coupable ou égoïste. Rappelez-vous que vous ne rejetez pas la personne, mais seulement la demande, même s’il peut y avoir un malentendu de la part de votre partenaire.

Par exemple, ce n’est pas la même chose de dire « Je comprends que tu veuilles que nous allions à cette réunion, mais pour l’instant je n’en ai pas envie » que d’aller quelque part sans le vouloir et où, en fin de compte, vous ne vous sentiriez pas bien tous les deux à cause des longs visages.

IV. Demandez ce que vous voulez

Une erreur très courante consiste à espérer que votre partenaire fera quelque chose sans vous en parler. Nous avons tous le droit d’exprimer ce que nous voulons, mais si nous ne le faisons pas, nous devons comprendre que les autres n’ont aucun moyen de le deviner, malgré le temps que vous avez passé ensemble et le degré de connaissance.

Si vous voulez vraiment quelque chose, exprimez-le de manière appropriée. Par exemple, ce n’est pas la même chose de dire « J’aimerais bien qu’on se promène le soir, qu’en penses-tu ? » en étant de mauvaise humeur, car l’idée de se promener ne vient jamais de votre partenaire.

V. Expliquez ce que vous pensez et ce que vous ressentez

Dites clairement ce que vous pensez ou ce que vous ressentez. Soyez positif ou négatif, mais respectez toujours l’autre personne. Il n’y a pas de meilleur moyen de faire comprendre vos émotions à votre partenaire. « Voici ce que je pense… », « Je suis en colère parce que… », « Cela me fait peur… ».

L’accumulation d’émotions vous fera exploser tôt ou tard.

Par exemple, ce n’est pas la même chose de dire « Chaque fois que tu es en retard, je m’inquiète, j’aimerais que tu en tiennes compte et que, si cela se reproduit, tu n’oublies pas de me le faire savoir » que de blâmer l’autre personne et de cacher ses propres émotions en disant « Tu es toujours en retard ! Chaque fois que tu sors, c’est la même histoire ! »

VI. Méfiez-vous des accusations

Il est très facile de se laisser emporter par la colère et de rendre votre partenaire responsable de la souffrance que vous ressentez. Donc, pour éviter une confrontation qui ne mène nulle part, la meilleure chose à faire est de :

– Poser des questions au lieu d’accuser : Que voulez-vous dire par « Vous m’écoutez ? » au lieu d’accuser directement et de dire « Vous ne m’écoutez plus ! » ?

– Commenter ce que fait le partenaire sans en évaluer la qualité : Par exemple, « Ces derniers temps, j’ai remarqué que tu oublies tes vêtements sur le lit après t’être changé » au lieu de « Tu es un désordre, chaque fois que tu te changes, tu laisses la chambre dans un chaos total ».

– Eviter les généralisations telles que « toujours » ou « jamais ». Par exemple, il est préférable de dire « Tu n’as pas sorti la poubelle récemment » plutôt que « Tu ne sors jamais la poubelle ».

VII. Utiliser des termes assertifs dans les conversations

Je pense, je ressens, faisons, je veux, qu’en pensez-vous, à quoi cela ressemble, comment pouvons-nous résoudre ce problème, j’aimerais bien.

Maintenir une communication assertive avec votre partenaire ne garantit pas l’absence de disputes et de problèmes, mais facilite la compréhension et un respect mutuel qui grandira peu à peu. Vous aurez toujours cette option à portée de main. Il suffit de le choisir.

L’anxiété sexuelle : quand l’intimité fait peur
Pourquoi est-il si difficile de parler de sexe ?